« LA GUERRA » le dernier boutre des Comores

  • « LA GUERRA » le dernier boutre des Comores
    – « La guerre »… Une appellation bien agressive pour ce « personnage » bien placide. Pourquoi ce nom? Plus personne ne sait. Cette année 2001 est une grande année pour le « La Guerra » : il fête ses cent ans. Un siècle à sillonner l’Océan Indien. Un siècle à transporter hommes et marchandises, d’île en île, poussé par la seule force des alizés. Un siècle à danser sur les eaux au rythme des vents et des vagues, même si son grand âge ne lui permet plus de partir pour des courses lointaines et le cantonne à une liaison entre Mohéli et Anjouan.
    Le La Guerra, un vestige de la marine à voile
    A mesure qu’il avance sur l’eau, on se sent reculer dans le temps. Installé à l’extrémité de la jetée du port de Mutsamudu (autant dire au milieu de l’océan), on peut le regarder glisser sans autre bruit que celui des vagues qui s’écrasent le long de sa coque de bois. L’après-midi avance, les couleurs se réchauffent. Sa voile, patchwork triangulaire, camaïeu de tons beiges, éclate sur le bleu du ciel et de l’océan. Rapiécée de partout, elle porte les stigmates d’une vie bien remplie. La coque noire, ourlée d’un liseré rouge, élancée, fend l’écume bouillonnante. Le silence n’est troublé que par le bruissement de ce bouillonnement. Le vent seul propulse le bateau. Il n’est maintenant plus qu’à une vingtaine de mètres, en contrebas. Entrant dans le port, deux marins affalent l’unique voile, dévoilant son contenu : les habituels sacs de noix de coco et de bananes, comme tous les bateaux qui viennent de Mohéli, mais également des passagers. Une scène directement tirée des « Voyages en Mer Rouge » d’Henri de Montfreid. Pressés sous une toile grisâtre qui les a protégés du soleil pendant la traversée, ils sont une bonne vingtaine, y compris des gamins à peine capables de marcher.
    L’entrée du La Guerra dans le port de Mutsamudu
    Le boutre passe devant les quelques bateaux dormant à quai : les deux « Ville de Sima », le « Foumbani »… La manœuvre d’accostage, sans moteur pour arrêter sa course, intrigue et rend attentif. En quelques secondes, il est arrimé au quai avec une facilité déconcertante, un mètre cinquante au-dessous du quai.
    Le déchargement
    Le « La Guerra » se vide alors de ses passagers. Ils s’extirpent un à un du fond de la coque et atteignent le quai au prix de quelques acrobaties. Les gamins passent de mains en mains, nullement impressionnés par une situation qui semble leur être coutumière. L’appontage des bouénis est toujours une image souriante. Leur embonpoint coutumier fait prendre les postures les plus cocasses.
    Un remue-ménage vers l’arrière du bateau attire le regard. Des ânes ! Trois ânes gris, cousins ou frères de ceux qui parcourent les plages de Mohéli. Etrangement stoïques après un voyage qui a, malgré tout, dû être mouvementé : les alizés soufflent encore en ce mois de juillet finissant et agitent l’océan. Comment va-t-on les extraire de leur véhicule : un plan incliné ? Pas assez de recul ! A bras d’hommes ? Un peu trop sportif ! La réponse est pourtant tellement simple et évidente : un harnais, une corde, une poulie accrochée au mât, trois ou quatre gaillards soldement campés sur le quai pour tirer. En moins de temps qu’il n’en faut pour l’écrire, le premier équidé peut pousser un hi-han de satisfaction, soulagé d’avoir rejoint le plancher des vaches. Seul le dernier âne donne un peu de fil à retordre, plus en raison de la technique un peu particulière qu’ont les marins comoriens du « La Guerra » d’enrouler leurs cordes : en prenant bien garde d’en faire un tas aussi inextricable que possible. Pendant que le sac de nœuds se démêle, une fumée inquiétante s’évade de la cale n’éveillant aucune crainte dans l’assistance. Et pour cause! Un homme en sort, lave une pierre noire, lisse et légèrement creusée posée à côté de la trappe qui donne accès aux entrailles du bateau. Il y pose quelques grains de poivre et commence à les écraser sans se soucier de l’agitation ambiante. Profitant du calme amené par l’abri du port, il prépare la tambouille de l’équipage. Il a préparé son âtre au fond de la cale : voilà donc l’origine de cette fumée.
    Le « La Guerra » fête cette année un siècle d’existence. Un siècle à transporter les mêmes marchandises. Les générations se sont succédées à son bord dans des gestes et des attitudes immuables. On imagine aisément l’agitation qu’a dû connaître le « la Guerra » du temps de la splendeur de ses vingt printemps dans ce port. Les arrivées sont toujours joyeuses et colorées, même si elles sont devenues plus rares. Pendant combien de temps le « La Guerra » arrivera-t-il à résister à la génération montante, celle qui pétarade, celle qui abandonne des flaques de fioul derrière elle? Son avenir est pourtant tout tracé dans un monde où vitesse et rentabilité sont les valeurs de base : le « La Guerra » peut mettre jusqu’à quarante-huit heures pour parcourir les soixante kilomètres qui séparent Mohéli d’Anjouan. Le « Twaman », par exemple, qui est pourtant loin d’être un Chris-Craft de compétition, met deux fois moins de temps pour parcourir une distance double… La serénité et la beauté ne sont pas des éléments monnayables en matière de transport maritime. C’est pourtant ce qui fait rêver chaque occidental et participe à ce qu’il appelle : l’art de vivre… Mais la quête du rêve d’une vie meilleure se limite pour lui à cinq semaines par an.
    Un homme assis à l’arrière du boutre attire mon attention. En occident, on n’y verrait qu’un « pauvre » qu’on dirait « en guenilles », on irait peut-être jusqu’à le plaindre… J’ai la conviction que s’il avait à choisir, en toute réelle lucidité, il n’échangerait pas sa place contre une place de métro. Même s’il rêve probablement d’avoir sa voiture, son téléviseur…

Articles similaires

Said Bakar Mougné M’kou Sultan Said Othman ibn Sultan Salim II Il est parfois présenté comme un noble allié au peuple, sûrement en raison du fait qu’il fut porté au pouvoir par un mouvement de masse populaire. Il fut désormais reconnu comme unique sultan d’Anjouan en en mars 1891 suite à des querelles avec son neveu Salim III ibn Mawana Abdallah III, et il décréta

Un ouvrage sur la médina de Mutsamudu : Malik, enfant de la médina…

Un récit qui vous ouvre les portes de la médina de Mutsamudu, en compagnie d’un de ses enfants Malik.
Un ouvrage dédié « à tous les enfants et petits enfants qui ont comme origine cette médina de Mutsamudu, mais qui n’ont malheureusement pas eu la chance de la connaître autrement que par ce qu’ont pu leur communiquer leurs parents et les échos lointains qui sont arrivés à leurs oreilles sans qu’ils aient pu en connaître les parfums, ni la chaleur de son étreinte ni son incommensurable amour pour les siens ».

Quelques passages du début :

Mutsamudu : « Chaude et possessive comme une mère qui vous tient par le bras de ses ruelles étroites et ne veut plus vous lâcher. Chaque ruelle vous conduisait vers un adulte, un oncle, une connaissance et vous donnait l’impression que la solitude ne pouvait exister ». P9

« Mais ce que Malik préférait pardessus tout, c’était Mutsamudu de la nuit. D’abord au crépuscule quand les narines étaient visitées par des fumées qui sortaient de tous les foyers de bois et promenaient des senteurs suaves, douces ou épicées à travers les ruelles. Ici, c’était le fumet d’un mataba 8 qui exhalait son coco envoûtant, là le chant des oignons au curcuma, cumin et autres épices et là-bas le « rôti anjouanais » 9 qui finissait de vous liquéfier ».

« Et puis venait la nuit comme un voile mystérieux embaumé de corolles de jasmin, de fleurs et de plantes à parfums : c’était la sortie des belles de nuit, les Mutsamudiennes qui, après avoir passé la journée dans leur maison à s’occuper de tout, se libéraient pour prendre l’air, dans un froufrou de Shiromanis 10 et de joyeux babillements ». P12-13

« Par une petite fenêtre dans le mur, derrière le balcon, le célèbre M Tom Tom, le projectionniste lançait une gerbe de lumière qui s’aplatissait sur un écran peint sur le mur opposé pour créer la magie des images parlantes. Du plafond, tombaient quelques lampes nues autour desquelles voletait une nuée d’insectes.

Malik avait le regard et l’esprit suspendus à ces lampes car longtemps il s’était imaginé que c’étaient les insectes tournoyant autour des ampoules qui les éteignaient et marquaient ainsi le début du film. D’ailleurs, avant de s’éteindre définitivement, elles se mettaient à clignoter comme pour donner un signal.

Les films les plus prisés étaient les Tarzan, les Eddy Constantine, les Westerns, tous les films d’action et de bagarres que la basse-cour suivait à grands cris de « Inwa, inwa » 6 « Allez-allez »
Souvent, les spectateurs essayaient d’aider l’acteur principal en l’interpellant à haute voix et l’exhortant à regarder par derrière ou sur le côté où étaient tapis ses ennemis. » P22

Des lieux inoubliables, des personnages pittoresques, des croyances, des traditions des anecdotes, une atmosphère, des parfums… pour permettre à chaque parent d’évoquer avec ses enfants et petits enfants le souvenir d’un lieu extraordinaire et merveilleux et qui pourraient peut être les aider à renouer les liens avec le pays. Car on sait que « l’origine d’un homme, ce sont ces racines enfouies au profond de son être et qui en font sa solidité et son rayonnement. »

Vous pouvez vous procurer cet ouvrage
en le commandant sur EBAY https://www.ebay.fr
sur le site de l’éditeur http://www.editionsthierrysajat.com ou à l’adresse mail thierrysajat.editeur@orange.fr (coût de l’ouvrage 15 euros+ 4 euros frais d’envoi)
Vous pouvez également me joindre pour toute question sur mon messenger Kamaroudine ABDALLAH PAUNE ou par mail au kapaune1@gmail.com
Avec mes remerciements cordiaux.

Sultan Alawi II ibn Sultan Abdallah II ibn Sltan Alawi 1er d’Anjouan – dit Alawi Mtiti

Qatar National Library Digital Repository NOTA BENE : La photo portrait est bien celle du Sultan Alawi II dit Alawi Mtiti mais, le texte résume des péripéties d’un de ses fils, Abdullah. Portrait en studio d‘Abdullah Bin Alawi, également connu sous le nom de Prince Abudin, fils d‘un Sultan déchu de l‘île de Nzwani, dans l‘archipel des Comores, qui avait une fois représenté son père en

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error: Contenu protégé !