L’ami Monjol……

Monjol, un gentleman……

On le surnommait Monjol puis Mwila, je ne sais pas trop pourquoi. Mais Monjol peut être pour signifier « Mon joli » car il était probablement beau gosse dans son enfance pour être resté assez bel homme dans sa vie d’adulte.

Son vrai nom était Mohamed Ben Said Mansour neveu du cadi Said Rakib et frère de Kassim Dema pour ceux qui se rappellent encore ce jeune footballeur de notre équipe de jeunes »Monaco », et malheureusement parti trop tôt.

De stature élancée , il portait l’habit traditionnel, kandzu ou djuba avec bonheur sinon élégance et fréquentait assidûment la mosquée du vendredi et son beteleaju.

Monjol était de cette génération entravée par l’extrême sévérité du système éducatif colonial alignant les concours à tous les passages de classe. Seuls les meilleurs perçaient ce système étanche tandis que les autres doublaient, redoublaient, triplaient les classes à tire larigot.

Monjol avait dû quitter l’école en classe de CE2 comme tant d’autres ou en CM2, repoussés par l’infranchissable barrage du concours d’entrée en 6e.

Mais il avait gardé de son passage à l’école une vraie passion pour la langue du « Bourgeois Gentilhomme », une émouvante délectation de beaux mots dont il agrémentait sa conversation.

Il avait une grande connaissance de proverbes qu’il ne manquait pas de vous asséner pour marquer sa supériorité francophile.

« Mais ma parole, vous n’apprenez rien à l’école. Disait il de sa grande voix assurée et quelque peu goguenarde :  » Qui veut aller loin ménage sa monture »  » Celui qui n’a pas franchi l’autre rive, ne doit pas se moquer de celui qui se noie » « Rien ne sert de courir, il faut partir à point »…..

Et à chaque réplique que vous pouviez lui rétorquer ou si vous aviez le malheur de répondre par des proverbes, alors la « battle » pouvait continuer et durer jusqu’à ce que vous acceptiez votre défaite et la vacuité de votre répertoire.

Ou une autre fois c’était un mot tiré des oubliettes du dictionnaire qui venait narguer ses interlocuteurs: alors que veut dire « apoplexie », »jaspiner » ? Vous ne savez pas ? Et dire que vous avez tel ou tel diplôme, et cela pouvait continuer longtemps dans l’hilarité générale.

On se souviendra également des moments où il était intervenu dans des discours de mariage dans un français au style ampoulé et parfois grandiloquent dont il en avait le secret.

« Une joie immense me pousse en dépit de la timidité extrême à accepter la faveur inespérée que m’offrent les parents des époux de vous tenir ce petit discours. « 

Le français c’était son jouet, sa fierté et en réanimant la mémoire de cet enfant de Mutsamudu, je me prends à me demander quel parcours littéraire eût été le sien, si la vie lui avait été plus prodigue.

Mansur, Monjol, Mwila réveillera probablement en vous des anecdotes plus ou moins truculentes car il fait partie de ces figures pittoresques parfois insolites comme les Bweni Rahamatu qui font la mémoire culturelle et « civilisationnelle » de notre cité.

Monjol était certainement un gentilhomme, l’ami de tous les jeunes avec qui il aimait engager ses joutes spirituelles et son esprit doit encore hanter la vaste salle de la grande mosquée ou la proximité cherchant vainement à interpeller les fidèles de son bagout irremplaçable.

Pour ceux qui ne l’ont pas connu, tel est le portrait de l’ami Monjol.

Que le paradis soit sa demeure éternelle !

Kamaroudine

Articles similaires

Said Bakar Mougné M’kou Sultan Said Othman ibn Sultan Salim II Il est parfois présenté comme un noble allié au peuple, sûrement en raison du fait qu’il fut porté au pouvoir par un mouvement de masse populaire. Il fut désormais reconnu comme unique sultan d’Anjouan en en mars 1891 suite à des querelles avec son neveu Salim III ibn Mawana Abdallah III, et il décréta

Un ouvrage sur la médina de Mutsamudu : Malik, enfant de la médina…

Un récit qui vous ouvre les portes de la médina de Mutsamudu, en compagnie d’un de ses enfants Malik.
Un ouvrage dédié « à tous les enfants et petits enfants qui ont comme origine cette médina de Mutsamudu, mais qui n’ont malheureusement pas eu la chance de la connaître autrement que par ce qu’ont pu leur communiquer leurs parents et les échos lointains qui sont arrivés à leurs oreilles sans qu’ils aient pu en connaître les parfums, ni la chaleur de son étreinte ni son incommensurable amour pour les siens ».

Quelques passages du début :

Mutsamudu : « Chaude et possessive comme une mère qui vous tient par le bras de ses ruelles étroites et ne veut plus vous lâcher. Chaque ruelle vous conduisait vers un adulte, un oncle, une connaissance et vous donnait l’impression que la solitude ne pouvait exister ». P9

« Mais ce que Malik préférait pardessus tout, c’était Mutsamudu de la nuit. D’abord au crépuscule quand les narines étaient visitées par des fumées qui sortaient de tous les foyers de bois et promenaient des senteurs suaves, douces ou épicées à travers les ruelles. Ici, c’était le fumet d’un mataba 8 qui exhalait son coco envoûtant, là le chant des oignons au curcuma, cumin et autres épices et là-bas le « rôti anjouanais » 9 qui finissait de vous liquéfier ».

« Et puis venait la nuit comme un voile mystérieux embaumé de corolles de jasmin, de fleurs et de plantes à parfums : c’était la sortie des belles de nuit, les Mutsamudiennes qui, après avoir passé la journée dans leur maison à s’occuper de tout, se libéraient pour prendre l’air, dans un froufrou de Shiromanis 10 et de joyeux babillements ». P12-13

« Par une petite fenêtre dans le mur, derrière le balcon, le célèbre M Tom Tom, le projectionniste lançait une gerbe de lumière qui s’aplatissait sur un écran peint sur le mur opposé pour créer la magie des images parlantes. Du plafond, tombaient quelques lampes nues autour desquelles voletait une nuée d’insectes.

Malik avait le regard et l’esprit suspendus à ces lampes car longtemps il s’était imaginé que c’étaient les insectes tournoyant autour des ampoules qui les éteignaient et marquaient ainsi le début du film. D’ailleurs, avant de s’éteindre définitivement, elles se mettaient à clignoter comme pour donner un signal.

Les films les plus prisés étaient les Tarzan, les Eddy Constantine, les Westerns, tous les films d’action et de bagarres que la basse-cour suivait à grands cris de « Inwa, inwa » 6 « Allez-allez »
Souvent, les spectateurs essayaient d’aider l’acteur principal en l’interpellant à haute voix et l’exhortant à regarder par derrière ou sur le côté où étaient tapis ses ennemis. » P22

Des lieux inoubliables, des personnages pittoresques, des croyances, des traditions des anecdotes, une atmosphère, des parfums… pour permettre à chaque parent d’évoquer avec ses enfants et petits enfants le souvenir d’un lieu extraordinaire et merveilleux et qui pourraient peut être les aider à renouer les liens avec le pays. Car on sait que « l’origine d’un homme, ce sont ces racines enfouies au profond de son être et qui en font sa solidité et son rayonnement. »

Vous pouvez vous procurer cet ouvrage
en le commandant sur EBAY https://www.ebay.fr
sur le site de l’éditeur http://www.editionsthierrysajat.com ou à l’adresse mail thierrysajat.editeur@orange.fr (coût de l’ouvrage 15 euros+ 4 euros frais d’envoi)
Vous pouvez également me joindre pour toute question sur mon messenger Kamaroudine ABDALLAH PAUNE ou par mail au kapaune1@gmail.com
Avec mes remerciements cordiaux.

Sultan Alawi II ibn Sultan Abdallah II ibn Sltan Alawi 1er d’Anjouan – dit Alawi Mtiti

Qatar National Library Digital Repository NOTA BENE : La photo portrait est bien celle du Sultan Alawi II dit Alawi Mtiti mais, le texte résume des péripéties d’un de ses fils, Abdullah. Portrait en studio d‘Abdullah Bin Alawi, également connu sous le nom de Prince Abudin, fils d‘un Sultan déchu de l‘île de Nzwani, dans l‘archipel des Comores, qui avait une fois représenté son père en

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error: Contenu protégé !