Le Sultan Said Ali Sidi Said Omar et son demi-frère Said Mohamed Sidi Said Omar

L’image semble être simple, mais en réalité, elle est beaucoup chargée d’histoire. Au premier regard, la photo représente 3 catégories de la société comorienne à cette époque :
-l’aristocratie dont font partie sultan Said Ali, son demi-frère Said Mohamed Sidi et ses ministres ;
-les Européens dont Léon Humblot;
-et enfin les autres figurants qui ne portent pas de kiemba.
Si on applique à cette image la pensée complexe si cher à Edgar Morin, qui consiste à « relier l’objet au sujet et à son environnement « , on se rend compte que la photo est porteuse d’une histoire complexe. Il faut savoir qu’au début des années 1880, la connaissance des Européens sur le continent africain était limitée aux côtes. Ils ne connaissaient pas l’intérieur du continent africain. Les Portugais étaient déjà au Mozambique depuis la fin du 15eme siècle. On connaît leur passage aux Comores. Les sultanats des Comores jouaient le rôle d’escale pour la route des Indes. Ce qui a permis l’enrichissement des îles. Mais la géopolitique a changé aux années 1880.
La photo est exécutée dans un contexte géostratégique qu’il ne faut pas négliger : guerre entre sultan Said Ali et sultan Hachim, arrivé à Moroni de Léon Humblot et surtout que l’image doit être relier au partage de l’Afrique par les Européens dans la conférence de Berline en 1885.
La présence de Humblot dans cette photo nous permet de dire, si ce n’est pas une photo prise lors du signature de la convention commerciale entre le sultan Said Ali et Léon Humblot le 5 novembre 1885 au bord du Boursaint en rade de Moroni, il est certain qu’elle n’est pas être prise avant 1884, année avec laquelle Humblot est arrivé à Ngazidja.
Cette convention fait échos à ce qu’on peut lire sur « le préambule de l’acte général rédigé à l’issue de la conférence [de Berlin], le 26 février 1885. » Dont le message  » est clair, il s’agit de régler dans un esprit de bonne entente mutuelle, les conditions les plus favorables au développement du commerce et de la civilisation dans certaines régions de l’Afrique. »(L’histoire /N*477/novembre 2020).
Dans cette période, le sultan Said Ali était confronté à la montée en puissance de sultan de Mbadjini, son oncle Hachim. Comme « certains dirigeants africains ont ainsi pu utiliser les Européens contre leurs adversaires politiques´ » le sultan Said Ali rentre dans ce même jeu géostratégique en signant un traité commercial qui répondait la logique coloniale des Occidentaux de la conférence de Berlin : « le commerce avant tout. »
Il y avait une dimension morale qui allait de pair avec cette logique issue de la conférence de Berlin le « commerce avant tout » que les Français appellent la « mission civilisatrice » et les Britanniques les « 3 C » : christianisme, commerce et civilisation.
________
Image fait dans un navire, probablement de type européen : Sultan Said Ali assis au côté de son demi-frère Said Mohamed Sidi qui lui est assis à droite. On peut reconnaître aussi le ministre de sultan Samba Ouma assis à gauche. Léon Humblot est celui qui ne porte rien sur la tête parmi les trois blancs.
Crédit photo : Musée patrimonial photographique de Mutsamudu. Collection Léon Humblot.
Sources : Djahazi 03; L’histoire, numéro 477; novembre 2020, 1885, conférence de Berlin, le partage de l’Afrique.

Articles similaires

Said Bakar Mougné M’kou Sultan Said Othman ibn Sultan Salim II Il est parfois présenté comme un noble allié au peuple, sûrement en raison du fait qu’il fut porté au pouvoir par un mouvement de masse populaire. Il fut désormais reconnu comme unique sultan d’Anjouan en en mars 1891 suite à des querelles avec son neveu Salim III ibn Mawana Abdallah III, et il décréta

Un ouvrage sur la médina de Mutsamudu : Malik, enfant de la médina…

Un récit qui vous ouvre les portes de la médina de Mutsamudu, en compagnie d’un de ses enfants Malik.
Un ouvrage dédié « à tous les enfants et petits enfants qui ont comme origine cette médina de Mutsamudu, mais qui n’ont malheureusement pas eu la chance de la connaître autrement que par ce qu’ont pu leur communiquer leurs parents et les échos lointains qui sont arrivés à leurs oreilles sans qu’ils aient pu en connaître les parfums, ni la chaleur de son étreinte ni son incommensurable amour pour les siens ».

Quelques passages du début :

Mutsamudu : « Chaude et possessive comme une mère qui vous tient par le bras de ses ruelles étroites et ne veut plus vous lâcher. Chaque ruelle vous conduisait vers un adulte, un oncle, une connaissance et vous donnait l’impression que la solitude ne pouvait exister ». P9

« Mais ce que Malik préférait pardessus tout, c’était Mutsamudu de la nuit. D’abord au crépuscule quand les narines étaient visitées par des fumées qui sortaient de tous les foyers de bois et promenaient des senteurs suaves, douces ou épicées à travers les ruelles. Ici, c’était le fumet d’un mataba 8 qui exhalait son coco envoûtant, là le chant des oignons au curcuma, cumin et autres épices et là-bas le « rôti anjouanais » 9 qui finissait de vous liquéfier ».

« Et puis venait la nuit comme un voile mystérieux embaumé de corolles de jasmin, de fleurs et de plantes à parfums : c’était la sortie des belles de nuit, les Mutsamudiennes qui, après avoir passé la journée dans leur maison à s’occuper de tout, se libéraient pour prendre l’air, dans un froufrou de Shiromanis 10 et de joyeux babillements ». P12-13

« Par une petite fenêtre dans le mur, derrière le balcon, le célèbre M Tom Tom, le projectionniste lançait une gerbe de lumière qui s’aplatissait sur un écran peint sur le mur opposé pour créer la magie des images parlantes. Du plafond, tombaient quelques lampes nues autour desquelles voletait une nuée d’insectes.

Malik avait le regard et l’esprit suspendus à ces lampes car longtemps il s’était imaginé que c’étaient les insectes tournoyant autour des ampoules qui les éteignaient et marquaient ainsi le début du film. D’ailleurs, avant de s’éteindre définitivement, elles se mettaient à clignoter comme pour donner un signal.

Les films les plus prisés étaient les Tarzan, les Eddy Constantine, les Westerns, tous les films d’action et de bagarres que la basse-cour suivait à grands cris de « Inwa, inwa » 6 « Allez-allez »
Souvent, les spectateurs essayaient d’aider l’acteur principal en l’interpellant à haute voix et l’exhortant à regarder par derrière ou sur le côté où étaient tapis ses ennemis. » P22

Des lieux inoubliables, des personnages pittoresques, des croyances, des traditions des anecdotes, une atmosphère, des parfums… pour permettre à chaque parent d’évoquer avec ses enfants et petits enfants le souvenir d’un lieu extraordinaire et merveilleux et qui pourraient peut être les aider à renouer les liens avec le pays. Car on sait que « l’origine d’un homme, ce sont ces racines enfouies au profond de son être et qui en font sa solidité et son rayonnement. »

Vous pouvez vous procurer cet ouvrage
en le commandant sur EBAY https://www.ebay.fr
sur le site de l’éditeur http://www.editionsthierrysajat.com ou à l’adresse mail thierrysajat.editeur@orange.fr (coût de l’ouvrage 15 euros+ 4 euros frais d’envoi)
Vous pouvez également me joindre pour toute question sur mon messenger Kamaroudine ABDALLAH PAUNE ou par mail au kapaune1@gmail.com
Avec mes remerciements cordiaux.

Sultan Alawi II ibn Sultan Abdallah II ibn Sltan Alawi 1er d’Anjouan – dit Alawi Mtiti

Qatar National Library Digital Repository NOTA BENE : La photo portrait est bien celle du Sultan Alawi II dit Alawi Mtiti mais, le texte résume des péripéties d’un de ses fils, Abdullah. Portrait en studio d‘Abdullah Bin Alawi, également connu sous le nom de Prince Abudin, fils d‘un Sultan déchu de l‘île de Nzwani, dans l‘archipel des Comores, qui avait une fois représenté son père en

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error: Contenu protégé !